Preserve Perfection

Préserver la perfection

Widely used in Asian architecture, housing, palaces, furniture, lacquer was exported to Europe from the 16th century. Objects from Japan, whose craftsmanship and delicacy are unmatched, are in great demand. The distant lands fascinate. They provoke daydreams and fantasies. Hopes of breaking the stifling circle of everyday life, dreams of inaccessible horizons.

Faced with this strong demand, many Japanese made lacquerware quickly, renouncing excellence, for the sole purpose of trade. The lacquers addressed to the European bourgeoisie are done with less finesse and delicacy.
Only the exotic image they portray matters. The quality being reduced, the Japanese called these objects "lacquer namban", which means "barbarian of the south".
In order to return to extreme quality, trade is controlled.
Authorized ships dock on trading post islands and products destined for Europeans are now sold in smaller quantities.

The Dutch East India Company had the privilege of settling on the island of Deshima in 1636. Lacquer, of high quality, pieces of a purely Japanese character, became rarer and more expensive. They are intended for great figures.

Largement utilisée dans l’architecture asiatique, l’habitat, les palais, le mobilier, la laque s’exporte en Europe dès le 16e siècle. Les objets provenant du Japon, dont la facture et la délicatesse sont inégalables, sont très demandés. Les contrées lointaines fascinent. Elles provoquent rêveries et fantasmes. Espoirs de rompre le cercle étouffant de la vie quotidienne, rêves d’horizons inaccessibles.

Face à cette forte sollicitation, de nombreux japonais fabriquent des objets en laque rapidement, renonçant à l’excellence, dans le seul but de commercer. Les laques adressés à la bourgeoisie européenne sont accomplis avec moins de finesse et de délicatesse. Seule l’image exotique qu’ils renvoient compte. La qualité étant amoindrie, les nippons appelèrent ces objets « laques namban », qui signifie « barbare du sud ».
Dans un soucis de retour à une qualité extrême, les échanges commerciaux sont contrôlés. Les navires autorisés accostent sur des îles comptoirs d’échanges et les produits destinés aux européens sont désormais vendus en plus faible quantité. La Compagnie des Indes Hollandaises a le privilège de s’installer sur l’île de Deshima en 1636. Les laques, d’une grande qualité, pièces à caractère purement japonais, deviennent plus rares et plus couteux. Ils se destinent à de grandes figures.

© Maison Célia Debras - Tous droits réservés