Diet to become immortal

Un régime pour devenir immortel

According to the principles of the Buddhist religion and the Utopia of Maïtréya, funeral rituals are developing in the East. Maïtreya would be the next Buddha who currently resides in the Palace Celestial of Tusita. He will descend to Earth in five billion seven hundred and sixty million years.
The world will then turn into a vast paradise where human longevity will be eighty-four thousand years. In order to access it, one must proceed to Nyûjô, which consists of maintaining a stabilized religious state of mind by sitting on the ground, legs crossed, like the Buddha, without moving any part of the body, holding one's breath, and avoiding any heartbeat.
Nyûjô is different from death in that it is a mental state of absolute concentration where the body is completely still and therefore becomes eternal. The monk can then wait for Maïtreya for billions of years, a duration close to eternity.

Buddhist monks, in order to solidify their body and keep it out of putrefaction, carry out self-mummification during their lifetime. For five years, they followed a diet of fruits, herbs, and lacquer.
The body dehydrates, urushi immunizes it against bacteria and parasites responsible for decomposition. The bonze dies in meditation, in the same position as the Buddha.

In Japan, this rite of mummification has been practiced since the 10th century. The last priest to have been mummified in this way is the monk Bukkai, who died in 1903. The account of the voyage of Hiuan Tsang (602-664) shows that this type of mummy existed in ancient India, although it is not known.

Selon les principes de la religion bouddhiste et l’Utopie de Maïtréya, des rituels funéraires se développent en Orient. Maïtreya serait le prochain Bouddha qui réside actuellement dans le Palais Céleste de Tusita. Il descendra sur Terre dans cinq milliards sept-cent-soixante millions d’années. Le monde se transformera alors en un vaste paradis où la longévité humaine sera de quatre-vingt- quatre-mille ans.

Afin d’y accéder, il faut procéder au Nyûjô, qui consiste à se maintenir dans un état d’esprit religieux stabilisé en s’asseyant par terre, jambes croisées, comme le Bouddha, sans bouger aucune partie du corps, retenant son souffle, et évitant tout battement du coeur.
Le Nyûjô est différent de la mort en ce sens qu’il est un état mental de concentration absolue où le corps est complètement immobile et devient donc éternel. Le bonze peut alors attendre Maïtreya durant des milliards d’années, durée proche de l’éternité.

Les moines bouddhistes, afin de solidifier leur corps et de le conserver hors de putréfaction, procèdent à une auto-momification de leur vivant.
Durant cinq années, ils suivent un régime de fruits, d’herbes, et de laque. Le corps se déshydrate, l’urushi l’immunise contre les bactéries et les parasites responsables de la décomposition. Le bonze meurt en méditation, dans la même position que le Bouddha.

Au Japon, ce rite de la momification est pratiqué depuis le Xe siècle. Le dernier prêtre à avoir été momifié ainsi est le moine Bukkai, mort en 1903. Le récit du voyage de Hiuan Tsang (602-664) montre que ce type de momie existait dans l’Inde antique, bien que l’on n’en ait aucune trace matérielle.

© Maison Célia Debras - Tous droits réservés